Stop Gaspille

Le gaspillage alimentaire, fléau de nos sociétés

Le gaspillage alimentaire, fléau de nos sociétés

30 avril 2020

Gaspillage, le combat doit continuer

Chaque jour, dans les foyers ou chez les professionnels, des denrées alimentaires prennent le triste chemin de la poubelle. Ce sont les oubliés du fond de frigidaire, ou encore les fruits et légumes « moches » des supermarchés, autant de produits qui connaissent un destin bien morose. Ainsi, ce ne sont pas moins de 10 millions de tonnes de nourriture qui sont jetées chaque année en France, et ce alors qu’encore un français sur 10 peine à se nourrir chaque jour selon l’Ademe. Si l’on considère le seul gaspillage réalisé à l’échelle européenne, il serait possible de nourrir 1 milliard de personnes, soit à peu près l’ensemble des individus souffrant de malnutrition dans le monde… Cela laisse à réfléchir.

 

Et tout cela a un coût… 100€ de nourriture sont jetés par une personne chaque année, soit l’équivalent de 16 milliards d’euros à l’échelle nationale. Mais les frais ne sont pas uniquement économiques, il sont aussi environnementaux. En effet, la production nécessaire à ceux qui deviendront nos déchets alimentaires représente 15,2 millions de tonnes de CO2… Un triste constat pour notre planète déjà affaiblie par de nombreux facteurs.

 

Mais alors quelles sont les habitudes à prendre pour éviter le gaspillage ? Voici quelques astuces pour éviter de remplir inutilement nos poubelles.

 

Les pratiques pour réduire le gaspillage

 

Les professionnels de l’alimentaire, les grands concernés

En 2016, la loi dite Garot a fait avancer le débat chez les professionnels. Dès lors, les acteurs de la grande distribution ou de la restauration collective n’ont plus le droit de détruire ou de rendre impropre à l’usage les denrées alimentaires qui n’ont pas été vendues. Celles-ci sont obligatoirement et gratuitement remises à des associations d’aide alimentaire, permettant aux plus démunis de subvenir à des besoins primaires.

 

D’autre part, de grandes campagnes de sensibilisation ont été déployées, en France notamment, afin de rendre justice aux fruits et légumes « moches », qui s’avéraient être les grands oubliés sur les étals des grands supermarchés. Certaines grandes surfaces ont alors célébré la beauté de ces fruits et légumes , en les vendant à moindre coût.

 

Et chez moi, comment militer activement contre le gaspillage de nos denrées ?

 

Le premier facteur de gâchis alimentaire dans les ménages, ces sont les courses. Selon l’état de son estomac au moment des achats, ou encore les offres promotionnelles qui jalonnent les étalages, les tentations sont nombreuses. Il s’agit alors de faire un inventaire de ses besoins en amont, et de n’acheter que ce dont nous avons réellement besoin. Aujourd’hui, les offres en vrac répondent parfaitement à cette nouvelle manière de consommer. Acheter les quantités nécessaires uniquement, en évitant de surcroît le suremballage.

 

Une fois à la maison, les astuces anti gaspi sont nombreuses :

  • On classe dans ses rangements les aliments en fonction des DLC (date limite de consommation) et on distingue bien cette DLC de la DDM (date de durabilité minimale), cette dernière indiquant qu’une fois ce délai passé, le produit aura peut-être perdu en qualités nutritionnelles et gustatives, mais reste toutefois consommable.
  • On transforme les aliments dont la DLC approche, ou on utilise une autre forme de conservation, comme la congélation, qui permet de conserver les apports nutritifs tout en augmentant la durée de conservation.
  • On ne jette pas les restes, on les conserve au réfrigérateur et on les agrémente de nouveautés pour le repas suivant !
  • On sépare les fruits ou légumes abîmés des autres pour éviter qu’ils ne les contaminent.

 

Autant de bonnes pratiques qui vont permettront de faire un geste pour la planète…et pour votre porte-monnaie !

Stop Gaspille, votre solution anti-gaspi !

 

Pour vous aider à lutter contre le gaspillage, Stop Gaspille met en relation les commerçants et les consommateurs afin de permettre la vente de produits invendus mais encore bien consommables.

 

Les commerçants partenaires proposent des produits dont les dates de péremption approchent à des prix avantageux. Le consommateur, lui, peut alors rechercher les boutiques partenaires en fonction de sa localisation, et acheter à moindre prix des denrées parfaitement mangeables. Le bénéfice est double, puisqu’il permet aux commerçants partenaires de ne pas jeter les produits non vendus et de faire un geste pour la planète, et aux particuliers, de véritables « consomm’acteurs », de consommer de manière responsable à des prix raisonnés.

Stop Gaspille devient alors un formidable réseau d’acteurs engagés contre le gaspillage alimentaire, permettant aux associations de trouver des partenaires pour la distribution de denrées, ou encore d’adhérents concernés par les actions solidaires.

Une initiative qui entre dans le combat contre le gaspillage des aliments au côté des professionnels comme des particuliers !