Stop Gaspille

DLC, dates de péremption : comment ça marche ?

DLC, dates de péremption : comment ça marche ?

12 mars 2020

Les différentes dates de péremption

 

La Date Limite de Consommation

La DLC concerne les aliments hautement périssables qui doivent être rapidement consommés. Il s’agit principalement de produits frais tels que les œufs, la viande ou le poisson frais.

L’étiquette du produit doit comprendre la mention “à consommer jusqu’au”, suivie de la date limite de consommation. Au-delà de cette dernière, le produit n’est plus consommable et le consommateur court un risque d’intoxication alimentaire.

La Date de Durée Minimale

La DDM concerne les denrées faisant l’objet d’une conservation plus longue. C’est notamment le cas des produits surgelés, des farines, des féculents, des produits d’épiceries sucrées ou salées, et des boîtes de conserves.

L’étiquette du produit doit porter la mention “à consommer de préférence avant le”, suivie de la date de péremption. Au-delà de celle-ci, le produit perd de sa saveur et de ses nutriments, mais il peut toutefois être consommé.

Comment sont fixées les dates de péremption ?

Les dates de péremption sont directement fixées par le responsable de la fabrication et du conditionnement du produit, sauf pour les denrées soumises à une réglementation sanitaire spécifique.

Elles sont déterminées en fonction des denrées et de certaines caractéristiques :

  • leur composition ;
  • leur conditionnement ;
  • leur durabilité ;
  • la qualité des matières premières et les technologies utilisées dans le processus de fabrication ;
  • la provenance des produits ;
  • le circuit de distribution utilisé.

 

Quels aliments se conservent le plus longtemps ?

Certaines denrées sont non-périssables ou ont une durée de conservation très longue.

C’est notamment le cas :

  • des aliments en conserve : légumes secs, poissons, soupes, fruits, compotes, etc. ;
  • des pâtes au blé complet, du riz blanc, et des sauces ;
  • des craquelins ;
  • du beurre de noix ou d’autres arachides ;
  • du chocolat ;
  • des céréales ;
  • du sel, du sucre, de la farine et de la maïzena ;
  • du vinaigre blanc ;
  • du miel et du sirop d’érable ;
  • de l’huile de coco ;
  • des épices.

Comment adapter sa consommation aux dates de péremption ?

Revendre ses invendus en ligne

Il existe de nombreuses plateformes collaboratives en ligne contre le gaspillage alimentaire. Elles permettent aux commerçants de mettre en vente leurs invendus du jour et à prix réduit. Le consommateur se connecte à l’application, et peut réserver un panier de produits dans un commerce proche de chez lui.

Les particuliers peuvent également se mettre en relation avec des associations ou certaines entreprises par cet intermédiaire. Ils peuvent ainsi donner ou collecter des produits alimentaires dont la date de péremption est proche.

Brader les produits à DLC courte

Dans le même ordre d’idée, les produits à date limite de consommation courte peuvent être bradés en magasin. Cela permet une économie au consommateur, et évite au commerçant de jeter ses produits.

Certaines boulangeries par exemple, vendent leurs invendus du jour à moitié prix en fin de journée.

Favoriser les circuits courts

Acheter sa nourriture dans des commerces ou chez des producteurs locaux permet de s’approvisionner plus régulièrement et en plus petite quantité. On limite ainsi les risques de perte de nourriture, en favorisant l’économie locale et en préservant l’ environnement.

Composter ses déchets alimentaires

Pour limiter sa production de déchets et préserver l’environnement, il est possible de composter ses déchets alimentaires. Épluchures de légumes, coquilles d’œufs, restes de plats (excepté la viande et le poisson) peuvent y être déposées pour être réduits en compost.

Consommer un produit périmé est-il dangereux pour la santé ?

Passée la date limite de consommation, un produit ne doit absolument plus être consommé sous peine de représenter un risque sanitaire immédiat. Les viandes, charcuteries, poissons, et autres denrées très périssables doivent impérativement être jetées dans les 24 heures après la DLC.

La Date de Durée Minimale en revanche, autorise une marge de manœuvre plus large. S’il n’est pas ouvert, le produit peut être consommé une fois la DDM dépassée. Il n’y a pas de danger encouru, mais le produit peut perdre de ses propriétés nutritives, odorantes, gustatives, etc.