Stop Gaspille

Comment sensibiliser au gaspillage alimentaire ?

Comment sensibiliser au gaspillage alimentaire ?

23 avril 2020

Les chiffres de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) sont sans appel. Chaque année, un tiers des denrées alimentaires produites dans le monde sont gaspillées. Une quantité d’aliments suffisante pour nourrir plus d’un milliard d’êtres humains finit ainsi tout simplement à la poubelle ! Si une partie de ce gaspillage a lieu en amont dans la chaîne de production, la quantité de nourriture gaspillée au sein même des foyers est loin d’être négligeable. Face à ce phénomène, il est urgent de sensibiliser un maximum de consommateurs, afin de faire évoluer les pratiques de chacun. Mais comment déclencher cette prise de conscience et inciter aux changements de comportement nécessaires ? Nous donnons ici quelques pistes pour initier cette révolution de nos habitudes de consommation !

 

Lutter contre le gaspillage grâce à des achats raisonnables

Le gaspillage prend bien souvent sa source dans nos habitudes d’achat. La grande distribution, en particulier, fait tout pour nous pousser à acheter plus qu’on ne peut consommer. Partir au supermarché sans avoir établi une liste de courses, c’est la garantie d’acheter des produits qu’on finira par jeter. Apprendre à établir cette liste de course en fonction des besoins du foyer et des produits déjà disponibles est donc primordial. Cela peut se faire selon trois grands axes :

 

  • apprendre à faire l’inventaire des produits présents dans les placards, le réfrigérateur et le congélateur ;
  • avoir les clés pour établir les menus pour les jours à venir en tenant compte de l’inventaire fait précédemment et de la saisonnalité (ce serait dommage de manger des tomates sans goût en hiver alors qu’on peut savourer en été des tomates mûries au soleil de Provence !) ;
  • savoir mettre au point la liste de courses en tenant compte des quantités nécessaires pour chaque repas en fonction de la composition du foyer.

Même avec une liste dûment établie, il est facile de tomber dans les multiples pièges des supermarchés. En effet, l’offre surabondante, avec les articles mis en avant, incite à acheter des produits dont on n’a pas besoin. Les promotions et les gros volumes nous poussent à opter pour de trop gros conditionnements, voire à acheter des produits totalement inutiles. Pour lutter contre ce phénomène, il est important de rendre le consommateur attentif à cette source de gaspillage. On peut par exemple inciter les familles à se poser les questions suivantes au moment de l’achat :

 

  • est-ce un produit que j’aime, que j’ai envie de consommer ?
  • quelle quantité de ce produit vais-je raisonnablement consommer avant la date de péremption ?
  • ai-je la place pour stocker ce produit dans de bonnes conditions ?

Enfin, il est intéressant de sensibiliser aux conditions de transport des denrées fragiles ou périssables. Une organisation adéquate des sacs ou du stockage dans la voiture permet de limiter le risque de voir des produits écrasés ou abîmés. Le respect de la chaîne du froid est indispensable pour garantir la bonne conservation des aliments frais, et la possibilité de les consommer en toute sécurité jusqu’à la date indiquée. Ceci est d’autant plus vrai en été, et dans les régions du Sud de la France.

 

Réduire le gaspillage à la maison

Une fois les placards remplis, encore faut-il pouvoir utiliser ces produits avant qu’ils ne soient périmés, et générer un minimum de déchets alimentaires. Cela passe par une sensibilisation des familles aux techniques suivantes :

 

  • l’organisation des placards, du frigidaire et du congélateur, afin de consommer les produits avant leur date de péremption ;
  • les bonnes pratiques de conservation des aliments ;
  • la bonne compréhension des indications de date limite de consommation : DLC (à consommer avant le), DLUO (à consommer de préférence avant le…) ;
  • la connaissance des besoins nutritionnels et le bon dosage des ingrédients pour limiter les restes de repas ;
  • l’intégration des restes dans de nouveaux plats (par exemple en confectionnant des petits farcis avec des restes de viande) ;
  • la cuisine des fanes de légumes, des épluchures, des fruits et légumes trop mûrs ou abîmés (cuisiner des tians, des ratatouilles, des compotes).

Tous ces apprentissages peuvent passer par des activités ludiques à destination des adultes comme des enfants. On peut ainsi créer des recettes anti gaspillage pour utiliser les restes, ou les parties des végétaux qu’on n’a pas l’habitude de consommer. Il est également possible de jouer à classer des aliments d’après leur date de péremption, de celui qui doit être consommé le plus rapidement à celui qui est le moins urgent.

 

Militer auprès des professionnels pour limiter le gaspillage alimentaire

Si chacun peut agir chez lui pour limiter le gaspillage, il est également possible de mener des actions auprès des professionnels afin de les convaincre de lutter contre ce fléau. Les magasins, en particulier, ont encore trop souvent l’habitude de détruire leurs invendus. Pourtant, des solutions existent pour limiter ce gaspillage massif. Les commerçants peuvent, par exemple, décider de vendre à bas prix les produits approchant de la date de péremption. Ils peuvent également donner aux associations d’aide aux personnes en difficulté les denrées qu’ils ne pourront vendre. Les restaurateurs, quant à eux, peuvent proposer des paniers-repas à prix réduit afin d’utiliser leurs surplus. Cela leur permet de ne pas perdre d’argent, tandis que l’acheteur peut se régaler avec une bonne pissaladière ou une salade niçoise !